La terre des Wilson

La terre des Wilson

Lionel Salaün

Liana Levi

  • par (Libraire)
    5 juillet 2016

    La terre des Wilson

    Le plus Américain des auteurs français, comme si JohnSteinbeck était de Chambéry.


  • 17 mai 2016

    Etats-Unis, Récession

    Le style m’a dérouté dès les premières pages : beaucoup de virgules, des phrases hachées. J’ai bien cru que ce procédé allait être rédhibitoire. Mais finalement, cela crée un rythme et une atmosphère plutôt envoûtante.

    L’histoire est intéressante, qui raconte la revanche d’un fils sur son père. Père qui m’a fait pitié : il s’acharne à cultiver une terre qui ne donne plus rien depuis le début de la Grande Sécheresse. Un homme qui refuse de partir vers des terres plus vertes et qui s’accroche à son bout de désert. Il défoule sa rage sur la pauvre mule ; on prend les palliatifs que l’on peut.

    Je ne connaissais pas les « dust bowl », ces tornades de poussières qui ravagèrent des états entiers aux Etats-Unis pendant la crise de 29 et après. L’auteur a très bien mis en scène cette catastrophe créée par l’homme.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la poupée qu’offre Dick à la fille d’Annie Mae, si délicate, si blanche dans cet univers de poussière.

    http://alexmotamots.fr/?p=1882