Pères, fils, primates

Jon Bilbao

Mirobole

  • 27 mai 2016

    Un livre surprenant

    Tout commence par une histoire assez banale, digne d'une série B: celle d'un homme un peu aigri, qui au cours d'un séjour au Mexique, pour fêter le deuxième mariage de son beau-père, se trouve pris au piège dans un ouragan.
    Oui, mais seulement, cet homme, qui aurait dû rejoindre sa femme à l’hôtel où les touristes ont été mis à l'abri, retrouve sur la route celui qu'il accuse de tous les maux de sa misérable existence, lui qui était promis à un brillant avenir d'ingénieur!
    C'est avec brio que Jon Bilbao fait monter progressivement la tension dramatique jusqu'à son apogée...dans un épisode digne d'un film de Tarantino!
    Un roman noir à la mécanique glaçante et efficace!
    A découvrir et à lire d'une seule traite!
    Cléo


  • par
    24 mai 2016

    Roman d'une descente aux enfers : jusqu'où l'homme peut s'abaisser pour obtenir ce qu'il veut et les conséquences des actes commis sur l'entourage ? Il débute simplement, une évacuation d'une ville à cause d'un ouragan : les habitants sont habitués et tout devrait se dérouler normalement mais quelques grains de sable d'abord assez éloignés les uns des autres viennent gripper un peu la belle mécanique. Et puis ces grains de sable, ces détails, se révèlent importants au fil de l'histoire et prennent tout leur sens, loin d'être anecdotiques.

    Avec son idée, Jon Bilbao aurait pu en faire des tonnes, allonger son roman, ajouter des effets dramatiques ça et là, mais il a eu l'intelligence et le talent pour ne rien en faire. 217 pages, rien de trop, rien ne manque. Les personnages sonnent juste et les liens entre eux également. A part la présence de l'ouragan le livre est écrit avec une économie de moyens assez inhabituelle, l'auteur va à l'essentiel.

    D'habitude lorsque je lis, je note des pages qui me marquent pour diverses raisons pour alimenter mon article. Là, je n'ai rien noté, non parce que je n'ai rien trouvé, mais parce que je me suis coulé totalement dans l'histoire subtilement amenée et menée, un peu à la manière de "Sukkwan island" de David Vann (toute comparaison gardée, les récits se ressemblent en certains points et notamment dans la construction qui va vers une inévitable catastrophe).

    Je ne vais donc pas faire dans l'allongement que je reproche souvent à certains auteurs, mon article sera court -ouf, enfin, entends-je par ici-, juste, je cite le tout début, les premières phrases, mais faites-moi plaisir, n'hésitez pas à lire ce "Pères, fils, primates" à la couverture très réussie comme toujours chez Mirobole :

    "Les animaux se cachaient, ou peut-être avaient-ils senti ce qui allait arriver et avaient-ils fui à l'intérieur des terres en quête d'un refuge. Depuis son arrivée au Mexique, Joanes n'avait aperçu que des oiseaux, omniprésents et bruyants, et des lézards aux grandes pattes qui couraient partout autour de la piscine de l'hôtel. Aucune trace des anacondas, des jaguars et des singes qu'il avait espéré trouver là, s'exhibant juste pour lui, perchés au sommet des branches touffues." (p.9)