Prométhée et la notion de progrès
EAN13
9782803107285
Éditeur
Académie royale de Belgique
Date de publication
Collection
L'Académie en poche
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Prométhée et la notion de progrès

Académie royale de Belgique

L'Académie en poche

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782803107285
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    3.99
Le mythe de Prométhée fait partie de l’histoire de la pensée, de la
littérature et des arts en Occident ; il continue à y exercer une influence
plus ou moins grande, mais jamais négligeable. Son rôle et sa survie ont déjà
fait l’objet de travaux importants, tel le livre remarquable de Raymond
Trousson, Le Thème de Prométhée dans la littérature européenne, édité une
première fois en 1969. Toutefois, on ne s’est pas encore interrogé sur les
références qui se multiplient à partir des années 1960 à propos d’avancées
technologiques, sans commune mesure avec celles du passé. Dans un tel
contexte, Prométhée est régulièrement présenté comme leur promoteur, pour le
meilleur et pour le pire, et suscite dès lors admiration confiante ou crainte
pessimiste pour l’avenir. Il n’apparaît donc pas inutile de remonter aux
sources grecques qui ont été le point de départ de notre connaissance du mythe
et d’étudier, à travers une confrontation entre le passé et l’actualité
récente, la part de l’héritage et de l’innovation créatrice qui se manifestent
dans les enjeux auxquels Prométhée a été rattaché par les Grecs et par nous.

Monique Mund-Dopchie est docteure en philologie classique et agrégée de
l’enseignement supérieur. Aujourd’hui professeure émérite, elle a mené toute
sa carrière à l’Université catholique de Louvain où elle a enseigné la
littérature grecque et l’histoire de l’humanisme. Ses recherches portent sur
la survie des auteurs grecs dans la culture occidentale, particulièrement à la
Renaissance. Elle est membre de la Classe des Lettres et des Sciences morales
et politiques de l’Académie royale de Belgique.
S'identifier pour envoyer des commentaires.