Vercingétorix
  •  
EAN13
9782070178926
ISBN
978-2-07-017892-6
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
NRF Biographies
Nombre de pages
336
Dimensions
23 x 22 x 2 cm
Poids
564 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autre version disponible

De Vercingétorix, on connaît surtout le nom, sa lutte héroïque contre Rome, sa défaite à Alésia et le récit biaisé qu’en donnera Jules César. Mais d’autres écrits et les trésors exhumés par l’archéologie invitent à le redécouvrir et, au miroir de ce destin hors du commun, à explorer des pans enfouis de l’histoire de l’ancienne Gaule. Cet adolescent arverne, fils de roi, tôt formé à la chose militaire, s’est hissé tout jeune au commandement suprême de la résistance gauloise au conquérant romain. Revers militaire qui recouvre une victoire politique - l’unification des peuples gaulois - dont il deviendra le symbole. Cette biographie, la première qui lui est consacrée, n’entend céder ni aux hagiographies complaisantes, ni aux légendes controuvées, ni aux appropriations idéologiques. Elle retrace à nouveaux frais, à partir de sources souvent oubliées, l’itinéraire singulier de cette figure d’exception : son enfance au sein d’une lignée aristocratique ; l'éducation reçue par ses maîtres druides ; sa formation, surtout, auprès de César dont il est devenu l’otage ; la rébellion enfin où il se découvre grand leader politique et redoutable chef militaire. Une vie si brève qui aura nourri une si longue postérité. En suivant ses pas, au fil des chapitres, c’est une nouvelle lecture de l’histoire de la civilisation et du peuple gaulois que ce livre fait découvrir ; une société en plein essor, déjà bien structurée, agitée par des assemblées remuantes et ouverte au monde, à l’ombre menaçante de l'impérialisme romain.
Jean-Louis Brunaux, directeur de recherche au CNRS, est notamment l’auteur de Les Druides : Des philosophes chez les Barbares (2006) et de Alésia (2012).
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jean-Louis Brunaux