L'impératif cosmique - tome 1, L'avant-garde russe du 19e siècle
Éditeur
Publishroom
Date de publication
Collection
L'impératif cosmique
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'impératif cosmique - tome 1

L'avant-garde russe du 19e siècle

Publishroom

L'impératif cosmique

Offres

  • AideEAN13 : 9791023611380
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    4.99
**La volonté de l'homme d'explorer le cosmos est plus ancienne qu'on ne le
pense... Une nécessité qui n'est désormais plus seulement prophétique !**

L’humanité doit aller dans l’espace, comme les poissons ont dû sortir hors de
l’eau. Dans un passé très reculé, cet impératif fut exprimé par un discours
religieux. À l’aube du XIXe siècle, alors que la connaissance scientifique et
les moyens techniques explosent, cet impératif n’est plus seulement
prophétique, mais exige une réalisation ici et maintenant. C’est tout du moins
ce que certains intellectuels pensèrent dans la Russie tsariste. Enjeux
religieux, politiques et techniques se croisent sur ce territoire, qui hésite
encore entre l’industrialisme occidental et la recherche d’une voie propre,
eurasiatique.

**Plongez-vous dans les enjeux religieux, politique et techniques de la
Russie tsariste, avec ce livre d'histoire scientifique éclairant sur l'avant-
garde russe du XIXe siècle. Le premier volume d'une trilogie fascinante sur la
conquête de l'espace !**

EXTRAIT

En quoi l’impératif cosmique peut-il être considéré comme spécifiquement russe
? La France, à travers la science-fiction de Jules Verne ou de Camille
Flammarion, ne pourrait-elle pas être considérée comme un précurseur ? Certes,
dans son article fondateur de l’astronautique, Tsiolkovski répond à Jules
Verne et il avait Flammarion dans sa bibliothèque. Cependant, tant dans ses
articles scientifiques que dans la science-fiction qu’il écrivit, Tsiolkovski
était empreint de réalisme. L’ensemble des solutions scientifiques qu’il
proposa sont toujours utilisées à ce jour pour propulser une fusée et les
premiers cosmonautes russes qui lurent la science-fiction de Tsiolkovski après
leur expérience de vol furent tous fascinés par la justesse de ses
descriptions. Il n’y a rien de fictif dans la production de Tsiolkovski. Mais
son réalisme va encore au-delà. La conquête spatiale joue pour lui un rôle
indispensable pour le développement harmonieux de l’humanité. C’est même une
exigence pour ici et maintenant, et ce dès la fin du xixe siècle après qu’il
fut instruit de la philosophie de son mentor Nikolaï Fiodorov (1839–1903).
L’impact de Fiodorov sur Tsiolkovski fut manifestement très important. D’une
part, Fiodorov s’était attaché à l’étudiant Tsiolkovski devenu quasiment sourd
à la suite d’une scarlatine contractée dans son enfance, ce qui l’empêcha de
mener à bien des études classiques. D’autre part, Tsiolkovski reconnaissait
Fiodorov comme son professeur et la bibliothèque comme son université. Il se
réunissait alors régulièrement avec d’autres enthousiastes à un club de
discussion animé par Fiodorov après les horaires de fermeture de la
bibliothèque. Fiodorov aurait explicitement mandaté Tsiolkovski de trouver les
solutions physiques et mathématiques permettant à l’homme de voyager dans
l’espace, afin de découvrir de nouvelles planètes et remédier au problème de
la surpopulation.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Après avoir étudié la physique et l'ingénierie aérospatiale en France et en
Russie, **Rudolph Biérent** a travaillé dans des observatoires astronomiques
et à l’Office National d’Études et de Recherches Aérospatiales, où il obtint
le grade de docteur en physique. Il se propose aujourd’hui de restaurer
l'amitié franco-russe grâce à une passion commune à nos deux civilisations :
l'amour des espaces cosmiques.
S'identifier pour envoyer des commentaires.