E.A. Poe, le livre des bords
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
Objet
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

E.A. Poe, le livre des bords

Presses Universitaires du Septentrion

Objet

Offres

  • AideEAN13 : 9782757426326
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    13.99

Autre version disponible

1848 : Edgar POE écrit EUREKA. Texte insolite, mêlant physique et
métaphysique, sorte de machine à produire des sens pour l’ensemble des
fictions, des fantaisies, des fantasmes. Selon POE, être poète, c’est, dans
l’ordre des mots, devenir l’égal de Dieu. L’œuvre comme le monde possède sa
genèse. Les personnages en sont des individus qui voyagent, qui se déplacent
aux confins, sur les limites et il suffit d’un rien - miroir, double, mort
vivant, diable dans le beffroi - pour que tout bascule. Tout, c’est-à-dire
l’identité. Qui est cet autre issu de soi ? Que veut-il ? Quelle réponse
possible à cela ? L’état le plus fréquent de l’humain n’est-il pas la
catalepsie, cette suspension de l’être dans le vide ? Passages : du même à
l’autre, du rêve au réel, de la raison à la folie, de la mort à la vie. Enfin,
dernier avatar, de l’humain au divin. Le texte ici présenté se propose
d’explorer toutes les errances, grotesques ou sérieuses, où s’aventurent les
personnages de POE. Abolition des différences, effacement des bornes,
perméabilité des limites : les transgressions s’accumulent. On le voit bien :
Usher et Valdemar, Morella et Pym ne sont aux marges que pour les franchir,
borderliners hantés par l’œil rond du cyclone, du gouffre ou de la victime.
Tous sont guettés par un maëlstrom, flanc tournoyant de la mort qui tue le
temps et la raison. Est-il possible d’en sortir, de franchir la passe, de
traverser l’épreuve ? Est-il une issue à cette dissolution des êtres ? Oui, à
l’évidence : la Création. Il faut donc réinventer le monde. Concurrencer,
plagier Dieu, devenir son égal, son double. Au terme de l’errance
fantasmatique, nous découvrons ce qui, peut-être, est à l’origine du cri «
Eurêka » : l’œuvre de POE est aussi une théologie.
S'identifier pour envoyer des commentaires.