Écritures ironiques
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
Objet
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Écritures ironiques

Presses Universitaires du Septentrion

Objet

Offres

  • AideEAN13 : 9782757426067
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    4.99

Autre version disponible

Symboliquement, l’opéra et la bibliothèque - la musique et la littérature -
occupent le même espace où s’active l’ironie. - Un adage traditionnel a pu,
fort longtemps, opposer l’air et les paroles. Nous savons, à présent, que les
mots possèdent, à l’égard des choses qu’ils appréhendent, le même pouvoir
ironisant que les sons. Ce livre enquête sur ce pouvoir. Figure littéraire
autant que musicale, don Juan est doublement impliqué dans cet espace : saisi
par l’ironie qui se dépense en lectures contestataires de sa légende,
traditionnellement édifiante, il se pose lui-même en ironiste, soulevant, par
son discours et son comportement, la question des valeurs, qui mobilisera,
vers 1880, la critique nietzschéenne. Sur les traces du débauché, le
pornographe, l’être luciférien et l’hérétique envahissent significativement la
fiction contemporaine. Marque d’une esthétique différente, où la dissonance,
conformément à la prophétie de l’auteur de La Naissance de la tragédie,
s’impose aux dépens de la consonance. C’est dire que la musique, lors même
qu’on cesse de parler d’elle, demeure présente dans toute réflexion sur
l’ironie. On reconnaît ainsi le pouvoir qu’elles ont en commun de relativiser
toute manifestation d’un sens déterminé, et de libérer, en contrepartie, cette
profusion de simulacres, par quoi l’imaginaire d’une époque se reflète dans
ses créations culturelles.
S'identifier pour envoyer des commentaires.