Histoire du droit pénal romain, De Romulus à Justinien
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
La Roue à livres
Langue
français
Langue d'origine
latin
Fiches UNIMARC
S'identifier

Histoire du droit pénal romain

De Romulus à Justinien

Les Belles Lettres

La Roue à livres

Offres

  • Aide EAN13 : 9782251914923
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    38.99

Autre version disponible

Jamais les Romains n’ont employé de formule pour désigner ce que nous appelons
le « droit pénal ». Devrait-on penser pour autant avec Theodor Mommsen que «
le droit pénal romain n’ayant jamais formé un tout, il ne peut être question
d’en retracer l’histoire » ? Non, précisément, car l’histoire ne saurait
supposer un système doctrinal qui en déterminerait l’objet comme un tout.
Depuis la fondation de Rome attribuée à Romulus (en 753 av. J.-C.) jusqu’à
l’effort de reconquête mené par l’empereur byzantin Justinien (527-565 ap.
J.-C.), des institutions et des normes relatives à la répression des crimes
n’ont cessé d’être produites. A l’origine, un « droit de vie et de mort »
qualifie la place du père dans la famille, comme celle du magistrat dans la
cité. Naît ensuite la « République » ou l’avènement de la libertas,
c’est-à-dire essentiellement la protection du citoyen face à l’arbitraire du
magistrat. Cinq siècles plus tard et au terme de longues guerres civiles,
l’autocratie impériale se substitue à la « liberté » : tout crime peut être
désormais considéré comme une atteinte à la « majesté du prince » ; seul
l’empereur peut décider de « l’indulgence » effaçant une peine ou recevoir l’«
appel » d’un condamné. Le présent ouvrage articule en cinquante rubriques,
réparties en trois chapitres (la procédure, les crimes, les peines), la
lecture de treize siècles d’une histoire politique de Rome.
S'identifier pour envoyer des commentaires.