Le Monstre blanc, Roman policier
Éditeur
Le Cri
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Monstre blanc

Roman policier

Le Cri

Indisponible
Le patient d’un asile d’aliénés, persuadé d’avoir rencontré des disparus en
enfer, est assassiné. Le Pr Bellin, anthopoligiste de renom, est lui aussi
assassiné. L’aventurier-écrivain Jerry Copeland et sa ravissante épouse
Turkestane Wanda disparaissent à leur tour. Copeland a toutefois laissé un
manuscrit où il retrace l’histoire d’un homme découvrant de l’or, au fond d’un
souterrain aux abords de Londres, et qui… affronte un « monstre blanc » !
Pour résoudre l’énigme, Tom Wills, le jeune élève de Dickson, n’hésitera pas à
s’offrir en appât à cette créature venue du Turkestan…

À PROPOS DE L'AUTEUR

**Jean Ray** , pseudonyme de **Raymond Jean Marie De Kremer** (Gand,
1887-1964), tissa sa légende personnelle d’« écumeur de mers », de «
flibustier d’un autre âge », de « trafiquant à l’époque de la prohibition ».
Romancier, il signa _Malpertuis_. Il fut l’auteur d’un grand nombre de contes
qui l’ont conduit à la notoriété lors de la publication des _Contes du whisky_
en 1925. Parmi son œuvre : _La Cité de l’indicible peur_ , _Les Derniers
Contes de Canterbury_ , _Le Livre des fantômes_ , _Les Contes noirs du golf_.
Ses livres ont été traduits en anglais, allemand, espagnol, italien,
portugais, japonais, etc. Son œuvre a fasciné de nombreux cinéastes et a été
adaptée à l’écran par **Harry Kümel** ( _Malpertuis_ ) et **Jean-Pierre
Mocky** ( _La Grande frousse_ ). Ami de **Michel de Ghelderode** , cette
figure hors du commun — il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages écrits en
néerlandais sous le pseudonyme de **John Flanders** — tend peu à peu à se
confondre avec sa légende. **Jean Ray** n’en demeure pas moins le maître
incontesté du fantastique policier. Voici enfin rééditées ses plus belles
aventures de Harry Dickson.
S'identifier pour envoyer des commentaires.