La petite Apocalypse illustrée, Un insolent dictionnaire pour la rébellion de la langue...
Éditeur
PublieNet
Date de publication
Collection
Temps Réel
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La petite Apocalypse illustrée

Un insolent dictionnaire pour la rébellion de la langue...

PublieNet

Temps Réel

Offres

  • Aide EAN13 : 9782814505780
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    3.99
On l’avait vue se profiler dans [le premier
ouvrage](http://www.publie.net/fr/ebook/9782814503229/marge) de Josée Marcotte
: la Princesse Apocalypse, sorte de double opposé de Marge, « femme
vindicative, sèche, qui se voudrait de bois, morte comme l'arbre debout, à
l'image du métier à tisser des Parques, qui choisit de gouverner le pays
plutôt qu'elle-même», lit-on sur le blog [Mémoire d’outre-songe](http://www
.outre-songe.com/) qui lui est consacré. Comme Marge, Apocalypse est un être
de langage, une mégalo-fiction enroulée sur elle-même. Si le vindicatif était
un temps de verbe, il s’appellerait Apocalypse... Pas étonnant alors que le
texte prenne la forme d’un dictionnaire, dans la tradition humoristique
héritée de Flaubert. On apprendra ainsi ce qu’est une «anacoluthe ulcéreuse»
ou le sens de la «margitude». Tout le lexique de l’univers déjanté de Josée
Marcotte, en un seul ouvrage enrichi d’illustrations couleur!

[ML](http://www.mahigan.ca/)

Sites de l’auteure : [L’Imachination](http://joseemarcotte.com/),
[Marge](http://www.marge-autofictive.org/), [Mémoire d’outre-songe](http://www
.outre-songe.com/)

"L'écrivain devrait toujours être un magicien qui tire une chaloupe de son
chapeau."

Avec "Marge", la québécoise Josée Marcotte reprenait à son compte, entre
Amérique et Europe, la tradition des Plume et M. Teste, sauf que cette fois
c'était au féminin.

Dans l'épopée de Marge, des personnages sont apparus, devenus récurrents,
s'accaparant tout un coin de livre. AInsi, cette "Princesse Apocalypse".

Un nom pas facile à porter, en temps d'excès et de risque, où les horizons du
monde sont sombres, et la langue parfois triste. La Princesse Apocalypse est
aussi ce qui nous permet de tenir tout ça à distance, de retourner joyeusement
les signes et les mots sur le réel.

Dans "La petite apocalypse illustrée", il n'y a que l'ordre alphabétique à
bien vouloir respecter l'usage du dictionnaire. Les définitions s'affolent.
Les mots-valises (argumentir, boulivresque, dégoûrager, divertissang, ou bien
quand "bordélique" signifie seulement que vous aimez le vin de Bordeaux) sont
cette révolte de la langue contre ce qu'on aurait voulu en faire, dans ce
terne monde utilitaire. Et les puits de la vieille littérature ne sont jamais
très loin dessous.

Mais chaque définition appelle d'autres détournements, signes, personnages,
slogans et publicités, dans un jeu où images et mots sont à égalité.

Et c'est tout notre rapport au monde qui est ravivé. Attention, insolence.
Attention, pièges et glissades. Mais confiance : c'est notre pouvoir de nommer
ici qui reprend force, va plus loin que la réalité.

FB
S'identifier pour envoyer des commentaires.