Qualité de vie et maladies rénales chroniques
Éditeur
John Libbey
Date de publication
Nombre de pages
168
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Qualité de vie et maladies rénales chroniques

John Libbey

Offres

  • Aide EAN13 : 9782742009541
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

    24.99

  • Aide EAN13 : 9782742009541
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    24.99

Autre version disponible

Les maladies rénales chroniques constituent un modèle de maladie chronique
invalidante, avec une évolution progressive et lente, débouchant sur un
traitement de suppléance lourd et coûteux. L'évolution de la maladie et les
décisions médicales sont caractérisées par une incertitude importante qui
remet en cause le patient, le professionnel de santé, particulièrement le
médecin, et la société dans ses choix sanitaires. La prise en compte du point
de vue du patient dans le traitement et comme indicateur de suivi de la
maladie ou comme critère de jugement des thérapeutiques est donc
particulièrement adapté. Parmi les indicateurs prenant en compte le point de
vue du patient _Patient Reported Outcomes_ (PROs), la qualité de vie liée à la
santé et la satisfaction avec les soins occupent une place particulièrement
importante.

Après les développements théoriques sur ces indicateurs et sur les instruments
de mesure disponibles, les auteurs font le point des connaissances en matière
de qualité de vie et de satisfaction aux différents stades de la maladie
rénale. Ils jettent un regard particulier sur l'importance du soutien social
sur la capacité à faire face à la maladie et abordent les questions soulevées
par deux populations particulières qui peuvent être touchées par la maladie :
les personnes âgées et les enfants.

Serge Briançon, professeur d'Épidémiologie, Économie de la santé et
prévention, responsable de l'École de Santé publique de la faculté de
Médecine, Nancy-Université et du Service d'Épidémiologie et Évaluation
cliniques du CHU de Nancy, anime l'équipe de recherche EA 4003 "Risques,
maladies chroniques et société : des systèmes biologiques aux populations",
spécialisée dans l'évaluation de la prévention et des soins dans les maladies
chroniques et en particulier dans l'utilisation des PROs. Michèle Kessler,
professeur de Néphrologie, est chef du service de Néphrologie du CHU de Nancy,
présidente du réseau Néphrolor, présidente de l'Agence de la biomédecine. Ils
sont co-investigateurs des études EPIREL (EPidémiologie de l'Insuffisance
REnale en Lorraine) et EPIRAN (EPidémiologie de l'Insuffisance Rénale dans
l'Agglomération Nancéienne), deux études de cohorte, et ils ont contribué à la
mise en place du registre lorrain REIN (Réseau Épidémiologie Information
Néphrologie) au sein du réseau de soins Néphrolor et intégré dans le système
national géré par l'Agence de la biomédecine.
S'identifier pour envoyer des commentaires.