Autoportrait à la valise
EAN13
9782021286557
ISBN
978-2-02-128655-7
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
Cadre rouge
Nombre de pages
224
Dimensions
21 x 15 x 1 cm
Poids
314 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Autoportrait à la valise

Seuil

Cadre rouge

Offres

Autre version disponible

Une jeune femme très visiblement enceinte est arrêtée en Birmanie au moment de décoller pour la France. Motif: le certificat médical qui l'autorise à voyager n'est pas au nom de son passeport. L'un est à son nom de jeune fille, l'autre à son nom marital. Voilà ce qu'il en coûte aux femmes indépendantes: la future mère va devoir appeler son mari à l'aide. Sauf qu'il l'a conjurée de renoncer à ce voyage en Birmanie parfaitement déraisonnable dans son état, et qu'il la croit à Hambourg.Contrainte d'attendre la décision d'ubuesques autorités birmanes, entourée de faux balayeurs qui sont de vrais espions et de vraies grands-mères aux allures de sorcières, la jeune femme s'interroge: pourquoi, depuis l'enfance, a-t-elle l'obsession du départ chevillée au corps. Toute sa vie défile à travers ce prisme, du remplissage maniaque du coffre de la voiture avant la transhumance estivale jusqu'aux bonnes et moins bonnes fortunes des voyages professionnels acceptés avec avidité. Elle attend, elle doute, inquiète de cette vie nomade quand elle sera mère, coupable mais convaincue qu'elle repartira. Et dans les pas de Jankélevitch, elle nous embarque dans la psyché rêveuse des grands voyageurs. Celui qui "imagine à l'avance ce retour plus doux que le miel, et s'ingénie en flânant sur la route, à faire durer le plaisir. Car c'est le plaisir de rentrer qui l'avait fait partir - le plaisir de rentrer et d'anticiper sur le plaisir du retour, et de raconter ensuite son voyage".Christine Avel a publié un roman, Double Foyer, et un recueil de nouvelles, L’Apocalypse sans peine, aux éditions Le Dilettante. Ses romans jeunesse paraissent depuis 2012 à l’École des loisirs. En parallèle, elle a travaillé dans la banque, en ONG et en développement dans les pays du Sud, puis sur l’écriture en entreprise. Elle écrit également des nouvelles pour la radio et pour la revue Décapage.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

    Le , Gwalarn

    "Je pars comme je respire, souffle et cœur léger, un pied devant l’autre, pas un regard en arrière. Je n’ai pas pris le temps de disséquer ce mot, départ, en moi depuis toujours. Dès que j’ai pu tenir sur mes deux jambes et imposer ma volonté, je suis partie." S’éloigner,…